Change_Langue

Tarentelle

Tarentelle


Editer
Op. 067
RO 262
D 066
067
1868, -
[ 3.89/5 | 9 votes ]
Votre note (de 1 à 5)

(vous pouvez toujours modifier plus tard cette note avec votre pseudo)
Votre Nom (ou pseudo)
Votre e-mail (facultatif)

Dédicace :

Genre : Danse (autre)

Style : cubain

Tonalité : ré m puis ré M

Difficulté : Difficile


Extrait ou morceau intégral :
List Lewis Buketoff Adler - Streaming Intégral du site AbeilleMusique.com
(Achetez l'album sur Amazon.fr)

Partition(s)

Interprète(s)
Marks&Barrett
Eugène List
Richard Rosenberg


Commentaires, Informations sur l'Oeuvre :

[1] : Les voyages extraordinaires de L.M. Gottschalk ou Notes of a pianist , [2] : Biographie de F.Starr, [3] : Biographie Vernon Loggins, [4] : Life & Letters de L.M. Gottschalk, [5] : Livret de CD (principalement ceux de l'intégrale de P.Martin...)
Jouée pour un concert monstre de Rio, cette pièce connut de nombreuses arrangements (pour violon, deux pianos, orchestre...). Jouée à l'occasion du dernier grand festival de Gottschalk à Rio de Janeiro le 24 et 26 novembre 1869. Elle initia d'ailleurs une vague de "tarentelles" en Europe. Un dossier sera prochainement consacré à la tarentelle de Gottschalk. En attendant, voici déjà quelques informations sur les partitions proposées ici et les enregistrements réalisés jusqu'à présent.

Les partitions proposées ici concernent toutes la partie piano que ce soit pour une interprétation piano solo, deux pianos ou piano avec orchestre. Celle éditée par Delanchy est cependant celle qui donne le plus précisément les tuttis orchestraux. Cependant, nous ne connaissons pas les sources de cette édition
Beaucoup de variantes de cette pièce ont été publiées et encore plus interprétées à l'époque de Gottschalk et après sa mort. Apparemment conçue initialement pendant la tournée cubaine, Gottschalk joua une tarentelle pour piano , violon, et violoncelle à New York, le 16 février 1862. La version d'Espadero publiée par Ditson est certainement dérivée de la toute première version cubaine. Espadero était en effet aux côtés de Gottschalk quand celui-ci a composé cette oeuvre. Il a pu alors récupérer divers manuscrits de ce dernier, ce qui lui a permis de la faire éditer par l'éditeur français Escudier. Pendant la dernière tournée sud américaine, Gottschalk la joua souvent pour piano et orchestre à Rio de Janeiro. Un manuscrit d'une version orchestrale existe aux archives de la bibliothèque de New York. Cependant, elle n'est peut-être pas de la main de Gottschalk mais peut être de celle de Ricardo Ferreira de Carvalho (1840 - >1892) qui indique, en tout cas pour la version piano solo qu'elle est faite de mémoire. Celle de Napoleon semble de même avoir été retranscrite de mémoire, au vu de la simplicité des harmonies. Même si elles rendent compte de la dernière version de la tarentelle, elles sont sans doute moins fidèles que celle d'Espadero. C'est cette version qui a été publiée en France par Escudier sous une version pour deux pianos, piano solo, violon et piano, parties d'orchestre et aux Etats-Unis par Ditson pour une version piano solo. Nous avons récemment retrouvé les parties d'orchestre publiées par ESCUDIER (décembre 2012). Nous retrouvons aussi la mention de parties pour orchestre sur la première page de l'édition de Mackar et Noël en tant qu'Opus67 n°5, l'opus 67 n°4 étant une version à deux pianos arrangée par Sidney Lambert (1838-1909).

(Couverture de la tarentelle éditée par Mackar et Noël en 1890 (source Gallica (opus67n°4, numérisé récemment))

Ces deux versions ont été retrouvées par Richard Rosenberg et enregistrées dans l'album "Louis Moreau Gottschalk, A Night in the tropics". Une version pour orchestre de la main de Gottschalk aurait été retrouvée récemment et utilisée par ce même Richard Rosenberg dans l'enregistrement "Louis Moreau Gottschalk, complete works for orchestra", 2006. Nous n'avons cependant pas plus de précisions à ce sujet.
Lorsqu'Eugène List (1918-1985) a réalisé le premier enregistrement de la tarentelle, les versions orchestrales n'étaient pas à sa disposition. Il n'a pu avoir qu'une version à deux pianos transcrite par Espadero. Il l'a donnée à Hershy Kay (1919-1981) qui en a fait un arrangement et une orchestration. C'est donc une oeuvre légèrement différente de celles de Rosenberg qui a été utilisée dans l'enregistrement "A Gottschalk Festival", même si Espadero avait incorporé les tuttis orchestraux dans la partition de piano.
Il est dommage que personne n'ait encore enregistré la version d'Escudier, arrangée ou pas par Francis Planté. Gottschalk.fr est en train de l'analyser. Sinon, à la New York Public Library, nous pouvons trouver quelques parties manuscrites, incluant divers accompagnements instrumentaux en plus du piano solo qui n'est pas inscrit. Une partie de deuxième piano est totalement écrite et semble être le travail d'Espadero mais le solo est seulement une esquisse.

Dans le commerce, on trouve :
Une tarentelle pour piano et orchestre d'harmonie, arrangée par Armin Spahn ~ 250 euros
Une tarentelle pour piano et groupe symphonique, arrangé par Douglas Mc Lain ~ 140 euros
Une tarentelle pour deux pianos, quatre mains


Une superbe transcription pour orgue et piano a récemment été enregistrée en Floride par Jelani Heddington et David Harris. Vous pouvez la visionner ci-dessous (youtube)


Contributeur(s) : - Y. TATE - Bradley - Chuck - EDSO - Jbd - Pascal Brire - petieflo - pierre - sally - USA -