Change_Langue

Caprice espagnol

Caprice espagnol


Editer
Op. -
RO aucun. N° hors RO : X10
D -
1851, Espagne
[ 0.00/5 | 0 votes ]
Votre note (de 1 à 5)

(vous pouvez toujours modifier plus tard cette note avec votre pseudo)
Votre Nom (ou pseudo)
Votre e-mail (facultatif)

Dédicace : Da. Fatima de Olavarria

Genre : Souvenir de voyage, réminiscence

Style : -

Tonalité : r? mineur

Difficulté : Moyen


Extrait ou morceau intégral :
Génération midi Lilypond -> mp3 (Intégral)
(Achetez l'album sur )

Partition(s)

Interprète(s)
-


Commentaires, Informations sur l'Oeuvre :

[1] : Les voyages extraordinaires de L.M. Gottschalk ou Notes of a pianist , [2] : Biographie de F.Starr, [3] : Biographie Vernon Loggins, [4] : Life & Letters de L.M. Gottschalk, [5] : Livret de CD (principalement ceux de l'intégrale de P.Martin...)
Introduit au deuxième concert de Gottschalk à Madrid au Coliseo del Circo le 17/12/1851. Offergeld se trompe en l'indiquant comme la même oeuvre que "La Jota Aragonesa" suite à une confusion avec le titre complet de cette dernière "La Jota aragonesa, caprice espagnol". En effet, l'article "Gottschalk in Madrid, a tale of ten pianos", paru en 1991*, indique bien la différence entre les oeuvres.

Elle a été publiée par Monier en 1852 et se trouve à la biblioteca nacional de Madrid à partir de laquelle nous nous sommes procurés la partition. Son absence des catalogues d'Offergeld et de Doyle est donc étonnante. Cependant, elle est aussi absente de la "Bio-bibliography" de Pérone alors que celle-ci est postérieure à l'article "Gottschalk in Madrid". Cela n'a cependant rien d'étonnant, vu que ce livre ne fait que reprendre les catalogues d'Offergeld et Doyle.

La partition du "caprice espagnol" est plus longue que celle du "Souvenir d'Andalousie" et elle en contient tous les motifs. Ceux-ci ont visiblement été retravaillés et améliorés dans cette dernière composition. Cependant, "Caprice espagnol" contient aussi des motifs moins nombreux de "La Jota Aragonesa" et d'autres inusités. C'est donc une oeuvre qui reste trés intéressante et mériterait de figurer dans les intégrales de Gottschalk. Oeuvre mise en ligne en novembre 2008 de même qu'une re-édition par Lilypond.

*Clyde W. Brockett ; Gottschalk in Madrid: A Tale of Ten Pianos - The Musical Quarterly, Vol. 75, No. 3 (Autumn, 1991), pp. 279-315


Contributeur(s) :EDSO - Jbd -